top of page
  • Voyage Autour Du Gin

UBALD LONDON DRY


GIN UBALD LONDON DRY

Distillerie Ubald

Capitale Nationale - Saint-Ubalde

Type : London dry

Alc. / vol. : 40%

Base : alcool neutre artisanal (maïs)

SAQ : origine Québec


PROFIL AROMATIQUE


35% Genévrier

35% Fruité

15% Floral

15% Épices


NEZ


La fragrance légèrement sèche empreint le nez d’une nuance acidulée et poudreuse qui évoque subtilement les petits fruits rouges, la poudre citronnée de sumac, voire la framboise et le cordial de queues de fraises des champs. Cela me rappelle un peu les céréales Froot Loops, mais pas dans le mauvais sens du terme. C’est une impression d’un genre de mélange fruité subtilement acidulé, mais pas chimique, et heureusement naturel.


Remarquable, la chaleur alcoolique est particulièrement fine et évolue avec une note de tête éphémère qui parvient rapidement aux narines sous un arôme d’huile essentielle de zeste d’orange frais, mais cela demeure très délicat. Le côté pin résineux et boisé de la baie de genièvre est discret. Cet effluve non invasif laisse plutôt place à la floralité du genièvre, qui rappelle la violette ainsi que la racine d’iris. Avec le temps, on sent une rondeur végétale qui englobe la totalité des notes olfactives précédentes et laisse planer en note de fond des nuances terreuses et épicées.


BOUCHE


Lorsqu’un London dry gin, du grain à la bouteille (origine Québec), arrive sur les tablettes de la SAQ, je suis toujours un peu apeuré. À mon avis, il ne doit en aucun cas y avoir de goût résiduel de céréale dans ce type de gin, le London dry doit obligatoirement rimer avec pureté (pas de goût de céréales, de levures ou de congénères de fermentation). Ici, Ubald a relevé avec brio le défi : l’alcool neutre artisanale de maïs est propre et net, la texture est satinée, souple et presque fuyante. Peut-être même une larme trop souple, ce qui lui donne un peu moins de corps en cocktail, bien que ce ne soit pas nécessairement négatif.

 

En bouche, l’intensité aromatique est modérée. Il faut quelques secondes avant de bien détecter les saveurs. Au palais, on perçoit un goût de zeste de pamplemousse, de citron végétal presque florale, qui s’identifie probablement à la graine de coriandre. Comme au nez, la baie de genièvre exprime surtout un goût de pétale de violette ainsi qu’une légère amertume terreuse. En milieu de bouche, une impression étroite évoque la réglisse rouge et laisse place à des notes de cœur poivrées et subtilement anisées. La finale lègue des notes chaudes de cannelle et de pulpe d’orange.


AROMATES


Baie de genévrier, graine de coriandre, racine d’angélique, racine d’iris, cannelle, zeste d’orange, baie de sureau, poivre des dunes, sumac et carvi.





T E X T E

Lukas Lavoie

P H O T O

Lukas Lavoie










Comments


bottom of page